Jeunes chercheur.se.s. Publier des varia en analyse du discours

par Marie-Anne Paveau

Les premières publications des jeunes chercheur.se.s en SHS, ce sont souvent les comptes rendus, les varia et les actes de colloque. Le mieux, c’est évidemment de bénéficier des suggestions de son encadrant.e et éventuellement de doctorant.e.s plus ancien.ne.s, en vertu d’un principe de transmission et de collaboration qui devrait, me semble-t-il, être en vigueur dans les communautés de savoir formées par des jeunes chercheur.se.s et leurs encadrant.e.s, qui travaillent ensemble et redistribuent leurs savoir faire et leurs connaissances.

Cependant, s’il est assez facile de repérer un colloque ou une journée, de faire une proposition et de rédiger ensuite sa communication pour une éventuelle publication d’actes, il est plus difficile d’envoyer dans le vide un article à une revue. Pourtant, c’est un procédé tout à fait habituel, y compris de la part des chercheurs confirmés. Donc lancez-vous ! Mais où, allez-vous me répondre ? Et comment ? Voici quelques réponses, qui ne sont sans doute pas exhaustives et les suggestions venant de chercheurs ou de revues sont les bienvenues en commentaire. Pour le moment, je me cantonne aux revues francophones et celles à qui vous pouvez envoyer un texte en français, qui sera traduit (comme EIDA par exemple).

1. Le thème de l’article

Un article de revue standard dans les revues que je signale, c’est 30.000 à 35.000 signes (signes = tout compris). Ce n’est pas très long, donc il faut que le point abordé soit précis et surtout que vous puissiez en faire le tour avec une certaine exhaustivité dans une dizaine de pages : n’oubliez pas que votre article, dans la rubrique « Varia », qui veut dire « articles portant sur des sujets variés », sera isolé sur sa thématique. Il faut donc qu’il soit autonome. Je suggère donc de choisir :

une notion, si votre sujet s’y prête, que vous pouvez définir, creuser et retravailler par exemple à la lumière de votre corpus.

un point de méthode, sur lequel vous vous interrogez, et que dont vous pouvez faire une sorte d’anatomie.

une étude de cas, si votre corpus s’y prête : un moment de corpus, une formulation, un trait discursif, etc., mais toujours replacé dans une perspective d’analyse.

En tout cas, je déconseille le sujet général, la présentation de la thèse dans son ensemble,  ou la présentation d’un courant, car vous risquez de rédiger un papier général, peu précis, qui n’apporte pas d’information, qui ne montre pas la linguistique en train de se faire. Dans tous les cas, que votre article comporte une interrogation. Ce qui est intéressant, ce sont les questions, les réponses sont beaucoup plus ennuyeuses… Pour poser des questions, rien ne vaut le dialogue des cerveaux : n’hésitez pas à écrire à deux ou à trois.

Les varia font l’objet d’une double voire triple évaluation en double aveugle.

Capture d’écran 2013-05-31 à 11.07.00

2. Les revues dans le domaine linguistique / analyse du discours qui acceptent des articles en varia

Je signale ici des revues qui ont une présence en ligne. Je ne signale pas les revues qui n’ont encore qu’une forme papier exclusivement, pour des raisons militantes : le savoir est fait pour être diffusé, partagé, distribué. Et a fortiori les travaux des jeunes chercheurs qui ont besoin de visibilité au début de leur parcours de recherche. Certaines revues papier n’ont pas de site internet, sont parfois introuvables, même en bibliothèque : c’est à mon sens faire peu de cas du travail de la recherche scientifique que de le garder dans la confidentialité. La présence en ligne est de deux sortes :

– les revues publiées sur papier, payantes en ligne entre quatre ans et six mois après la parution, et ensuite « libérées ». Pour accéder cependant aux articles pendant l’embargo, passez par la bibliothèque de votre université, qui est sûrement abonnée, ou n’hésitez pas à demander sur les réseaux, par exemple Twitter, si quelqu’un dispose de l’article. Vous l’obtiendrez, c’est sûr !

– les revues directement publiées en ligne,  sans embargo, et qui ont selon moi une visibilité maximale. Votre article sera lu, partagé, et rendra visible l’ensemble de votre travail.

Un conseil : en cas de doute sur l’adéquation de votre article à  ligne de la revue, prenez contact avec les responsables, et présentez un petit résumé. Pour les revues de jeunes chercheurs, c’est d’autant plus facile que vous vous adressez à des pairs.

2.1 Revues papier, mises en ligne avec embargo

Mots. Les langages du politique : analyse du discours, SIC, science politique. Sur le site vous trouverez une note aux auteurs pour vous guider dans la rédaction. La revue a aussi une rubrique « Méthodologie »Les numéros sont mis en ligne quatre ans après leur publication.

Langage et société : sociolinguistique, analyse du discours, sociologie. Il faut que l’article envisage une question qui articule problématique sociale et problématique langagière. La revue a un embargo de trois ans. Les informations pour l’envoi des articles sont sur cette page.

Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et des discours. Analyse du discours, linguistique textuelle, linguistique énonciative, sémiolinguistique, lexicométrie. Semen a un embargo très court, six mois.

2.2 Revues électroniques

Corela. Cognition, représentation, langage. « CORELA est une revue de sciences du langage non thématique. Elle accueille toute proposition relevant des domaines de la linguistique. », lit-on sur la page d’accueil. Cela veut dire que Corela ne publie QUE des varia, en dehors de ses numéros thématiques. Cependant, la revue accueillera peut-être plus volontiers les articles des plus formalistes d’entre vous, et publiera volontiers des papiers en anglais et sur l’anglais également.

Textes et contextes. Revue interdisciplinaire de l’équipe d’accueil interlangues « Texte Image Langage » de l’université de Bourgogne, qui accueille volontiers des études comparatives, entre autres. Elle publie pour l’instant un numéro par an.

– Argumentation et analyse du discours : analyse du discours, études argumentatives, rhétorique, linguistique textuelle. La revue lance actuellement un appel à varia pour un numéro entier, à paraître en octobre 2014.

Les cahiers de l’AFLS (Association for french Language Studies) : plus tournée vers les aspects sociolinguistiques ou didactique, votre article devra mentionner une dimension liée à la question de la langue française.

Discours. Revue de psycholinguistique, linguistique et informatique. La revue est non thématique. Il faut préciser que le discours de la revue Discours n’est pas tout à fait celui de l’analyse du discours… Mais je le mentionne pour les plus informaticiens et talistes d’entre vous.

EID&A. C’est une revue brésilienne centrée sur l’analyse du discours et l’argumentation qui traduit les textes francophones reçus quand ils sont acceptés (la revue publie du portugais, de l’espagnol et de l’anglais). Le Brésil étant un lieu où l’analyse du discours est très vivante, cette jeune revue, déjà bien reconnue, est un excellent lieu de publication.

Capture d’écran 2013-05-31 à 11.07.28

3. Revues dans d’autres domaines ou interdisciplinaires susceptibles d’accepter des varia en analyse du discours

Ces revues relevant de domaines proches sont susceptibles d’accepter des articles en varia, pour peu qu’ils correspondent à l’orientation scientifique de la revue

3.1 Littérature 

Itinéraires. Littérature, textes, cultures. Revue du Cenel de Paris 13 qui accueille des varia en analyse du discours, mais aussi des articles de methodologie. Itinéraires est en train de passer en ligne (à partir de 2014)

Contextes. Une revue électronique de sociologie de la littérature qui fait une place à la sociocritique, proche de l’analyse du discours (Angenot, Robin, Zima), et qui accueille des varia, pour peu qu’il soit question de questions liant littérature et société.

3.3 Revues interdisciplinaires thématiques

Textimage. Revue d’étude du dialogue texte-image. Une revue électronique orientée vers les questions d’hybridité entre textualité et iconicité.

Genre, sexualité, société. Page d’accueil : « Genre, sexualité & société est une revue francophone à comité de lecture, consacrée à la sexualité et aux questions de genre. Créée en 2009 par un groupe de jeunes chercheur-e-s en sciences humaines et sociales, la revue Genre, sexualité & société se revendique comme un espace de dialogues et d’échanges, ouverte à différentes approches disciplinaires. »

3.4 Revues interdisciplinaires non thématiques

Interrogations. « La revue ¿Interrogations ? se propose de constituer un des lieux de rencontre et de confrontation de l’ensemble des sciences de l’homme et de la société (anthropologie, archéologie, économie, épistémologie, ethnologie, géographie, histoire, lettres, linguistique, philosophie, psychologie, sciences de l’information et de la communication, sciences politiques, sémiologie, sociologie). », lit-on sur la page de présentation. Le comité de rédaction compte deux chercheuses en sciences du langage.

A contrario. Revue interdisciplinaire de sciences sociales. Plus de la moitié des numéros de le revue sont non thématiques, et accueillent donc des varia (consulter les sommaires pour prendre connaissance de l’orientation de la revue).

Émulations. Page d’accueil : « Émulations est une revue pluridisciplinaire de sciences sociales à comité de lecture entièrement éditée par un réseau international de jeunes chercheurs francophones. Fondée en 2007, la revue édite deux numéros thématiques par an publiés par les Presses universitaires de Louvain et mis en ligne avec un délai de restriction d’un an sur son site Internet (www.revue-emulations.net). Émulations publie également en flux continu des articles hors thème directement en version numérique.

La revue privilégie les contributions de jeunes chercheurs et encourage et accompagne spécialement les premières publications. Les articles proposent un regard novateur, original et rigoureux sur les sociétés contemporaines en s’appuyant sur les outils méthodologiques des sciences sociales (principalement sociologie, anthropologie et sciences politiques). »

La revue n’est donc pas orientée vers la linguistique mais les discursivistes dont le travail est tourné vers les disciplines mentionnées auront peut-être leur chance.

Capture d’écran 2013-05-31 à 11.07.50

4. Valoriser vos publications

On ne le répètera jamais assez, vos articles seront lus, et donc discutés, voire critiqués, s’ils sont visibles : c’est cela qui fait entrer un jeune chercheur dans une communauté de recherche. Donc travaillez votre visibilité (ce qui n’a rien à voir avec du narcissisme gratuit, comme on l’entend encore parfois, mais c’est de la présence) :

– ayez une page personnelle et/ou une page sur un réseau de chercheurs (Academia par exemple)

– Ouvrez un compte HAL et déposez vos versions auteur en preprint : même si vous publiez dans une revue introuvable, on pourra toujours vous lire

– Ouvrez un carnet de recherche et signalez vos publications, publiez vos résumés ou vos projets de communications (ça fait autant de petits billets informatifs et rapides à lire)

– Réseautez-vous sur les RSN : compte Twitter, abonnements aux pages Facebook professionnelles (comme Discours et Doctorat), réseaux de chercheurs sur les sites de bookmarking (diigo, delicious), etc.

Quelques références (sur d’autres disciplines)

Mathieu-Fritz Alexandre, Quemin Alain, 2007, « Publier pendant et après la thèse », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie 2, http://socio-logos.revues.org/107, Consulté le 31 mai 2013.

Klein Delphine, 27 juin 2012, « Du repérage des appels à communication à la rédaction d’une proposition (en SHS) », Ressources pour la thèse et au-delà [Carnet de recherche], http://enthese.hypotheses.org/559, consulté le 31 mai 2013.

Hamm Mélanie, 2009, « Parcours d’une jeune « combattante » dans la publication d’un article scientifique », témoignage, http://doctorantslisecalsace.hautetfort.com/media/00/02/1467076359.pdf, consulté le 31 mai 2013.

Roud, 6 mai 2011, « Faire publier un papier… scientifique », Collectif Papera, http://www.collectif-papera.org/spip.php?article1044, consulté le 31 mai 2013.

Des billets sur le carnet Aspects concrets de la thèse :

– De l’écrit universitaire au texte lisible: conseils d’un éditeur militant à l’attention des doctorants

Répondre à un appel à contribution

Entrer dans la ronde des revues en SHS

Illustrations : captures d’écran des pages d’accueil des trois portails français de revues.

7 réflexions au sujet de « Jeunes chercheur.se.s. Publier des varia en analyse du discours »

  1. Ping : Séance 26.04.2013 Paris 13. Mémoire discursive et bilans d’étape de deux doctorantes | Discours & Doctorat

  2. Bonjour,
    Merci beaucoup pour ces précieuses informations, bien utiles pour nous, jeunes doctorants, et difficile à collecter dans cet éparpillement.
    Très cordialement

  3. Bonjour,
    merci pour ce billet et pour les références qui l’accompagnent, très utiles.
    Avez-vous quelques références complémentaires à donner sur le thème : publier un article de SHS dans une revue anglophone ?
    merci,

    HL

  4. bonjour,
    excellent article! J’aimerais savoir si vous pouvez avoir la liste des revues dans le domaine la linguistique/analyse du discours qui mettent des ouvrages à la disposition des rédacteurs potentiels pour un compte rendu?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s