2010-2011 TTD Semestre 1

Séminaire Master 2/Doctorat – Marie-Anne Paveau, Université Paris 13 Nord, Campus de Villetaneuse

Le jeudi de 15h00 à 17h00 UFR LSHS salle E 305

Semestre 1 : du 30 septembre au 16 décembre 2010 (24 h)

Théories du texte et du discours 1 – La subjectivité dans l’écriture du savoir

Le séminaire sur la subjectivité entame sa troisième année de travail. Il portera cette année sur la subjectivité dans l’écriture du savoir. Pour le sens commun, et pour de nombreux chercheurs, le discours du savoir est objectif, mais on s’interroge de plus en plus en sciences humaines et sociales sur la présence et le rôle de la subjectivité dans l’élaboration des savoirs scientifiques. On abordera les points suivants :
– les modalités langagières et discursives-argumentatives d’inscription de la subjectivité du scripteur dans les textes scientifiques en lettres et sciences humaines (ex. choisis : littérature, linguistique, histoire). Les outils étudiés, relevant de l’énonciation, sont bien sûr exportables pour l’analyse des corpus, en analyse du discours en particulier.
– la notion de “style épistémologique” c’est-à-dire les manières propres à un scripteur, groupe ou discipline de dire et d’écrire ses résultats scientifiques, de l’explicitation transparente (signaler ses présupposés, ses référents, voire ses convictions), jusqu’à “l’imposture intellectuelle” (écrire dans une discipline en empruntant faussement à une autre).
– les contraintes épistémologiques, c’est-à-dire ce que le scripteur peut se permettre de dire dans le contexte où il se trouve : problèmes du “politiquement correct”, de “l’autocensure dans les sujets sensibles” (Feldman), des tabous scientifiques. Nous aborderons la question « techno-épistémologique » des évolutions des normes de l’écriture scientifique, en particulier sur les supports électroniques (sites, blogs scientifiques).
– les modalités éthiques de l’allusion, de l’effacement ou du masquage des discours non dicibles explicitement (par ex. les noms propres des personnes vivantes, les sujets considérés comme tabous ou dangereux).
– les liens entre subjectivité et réflexivité : comment formuler des hypothèses, analyser des données (en particulier textuelles et discursives), à partir d’un positionnement de soi dans un environnement global comprenant les normes, les valeurs et les même les émotions ? Comment rédiger une analyse intégrant ce positionnement dans l’écriture scientifique dans des cadres acceptables par les normes en vigueur ?

Mots clés : énonciation, évaluatifs, genre de discours, normes, objectivité, style épistémologique, subjectivité, valeurs.

Bibliographie indicative (les bibliographies des deux années précédentes sont consultables sur le carnet)

Bricmont J., Sokal A., 1997, Impostures intellectuelles, Paris, Librairie générale française.
 Bourdieu P., 2001, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir éditions.
 Feldman J., 2002, « Objectivité et subjectivité en science. Quelques aperçus », Revue européenne des sciences sociales, http://ress.revues.org/577. 
Feldman J., Kohn R.C., 2000, dir., L’éthique dans la pratique des sciences humaines : dilemmes, Paris, L’Harmattan. 
Fløttum K., 2004, « La présence de l’auteur dans les articles scientifiques : étude des pronoms JE, NOUS et ON », in Auchlin, A. et al. (éds.) : Structures et discours. Québec : Ed. Nota Bene, 401-416. 
Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle. 
Polanyi M., 1958, Personal Knowledge, Towards a Post-Critical Philosophy, London, Routledge. 
Poudat C., 2006, Étude contrastive de l’article scientifique de revue linguistique dans une perspective d’analyse des genres, Thèse de doctorat, Université d’Orléans, en ligne sur le site de la revue Texto ! Schlanger J., 1994, Gestes de philosophes, Paris, Aubier. 
Rinck F., 2006, L’article de recherche en Sciences du Langage et en Lettres : Figure de l’auteur et approche disciplinaire du genre. Thèse de doctorat, Université Grenoble 3. 
Swales J., 1990, Genre Analysis: English in academic and research settings, Cambridge, Cambridge University Press.

Mode de contrôle des connaissances : Exposé oral ou remise d’un dossier écrit
Validation de présence par attestation pour les étudiants extérieurs à Paris 13 ou les doctorants.
Équivalents ects pour les doctorants de Paris 13 (et autres éventuellement).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s